Admin ]

Affichage optimisé : 1280x1024. Nous sommes le  samedi 15 décembre 2018
Vous êtes ici : Accueil  /  Bac SEN : Formation / Orientation /Textes Officiels
MAVELEC : 25 ans
lundi 21 mai 2012, par gerla
Une génération de techniciens de l’audiovisuel pour rappeler l’évènement

La revue Antennes micro caméra annonçait dans son numéro d’octobre 1986 la sortie prochaine des premiers bacheliers titulaires du MAVELEC (juin 1987). Déjà un quart de siècle, on peut bien allumer une chandelle pour cet évènement. Toute une corporation a été solidaire et partie prenante.

(JPG)

Une « aventure » exemplaire

Une « aventure » exemplaire titrait en page intérieure la revue Antennes de TDF (TéléDiffusion de France) dans son article consacré au développement des formations MAVELEC (Maintenance de l’Audio Visuel ELECtronique) implantées dans 26 lycées professionnels répartis dans l’ensemble des académies.

Le développement des formations MAVELEC était le fruit d’un partenariat entre :

• le ministère français de l’Education Nationale (hommage à Mrs. Siciliano, Guénan, ...),

• les constructeurs de matériels électroniques grand public implantés en France et membres du Simavelec,

• les revendeurs et réparateurs à travers leurs organisations professionnelles (notamment Fenacerem, Fedelec, Synasav).

Ce baccalauréat se substituait au précédent D.E.P.D. (Diplôme d’Entretien Préventif et de Dépannage des matériels électroniques grand public) qui se préparait en 1 an et ce depuis 1979.

Dans ce numéro d’Antennes, on peut encore lire qu’en juin 1987, quelques 300 bacheliers seraient formés pour aborder le métier de « l’installation, la mise en service, l’entretien préventif et le dépannage » de dispositifs complexes mettant en oeuvre des matériels relatifs aux trois principaux domaines suivants :

Vidéo (téléviseur, magnétoscope, caméra électronique, vidéoprojecteur, jeu vidéo, ordinateur domestique, ...),

Haute Fidélité, Audio, Autoradio (chaîne audio, éléments de chaîne, récepteur radio, lecteur audionumérique, enceintes), matériels de sonorisation,

Télésurveillance.

La formation des professeurs « à profil » chargés d’enseigner les contenus techniques liés aux matériels de l’audiovisuel grand public était prise en charge par les grands réseaux de service après vente des fabricants ( Bouyer, Grundig, Nokia/Océanic, Philips, Sony, Thomson/Videocolor, etc. ) . Les schémas et documentations techniques étaient également rendus accessibles gracieusement ou moyennant un abonnement.

(JPG)

L’équipement des sections de formation au baccalauréat MAVELEC était également en grande partie pris en charge par le Simavelec par le biais du versement d’une taxe d’apprentissage et la pratique de tarifs préférentiels sur les équipements audiovisuels. Localement, des accords complémentaires intervenaient (fourniture de matériels, accès à des formations) entre chaque section MAVELEC et les unités de production et/ou les distributeurs des matériels audiovisuels.

Le grand chambardement

La rupture technologique (remplacement du tube cathodique par les écrans Plasma et LCD, remplacement du magnétoscope à cassettes VHS par le lecteur/enregistreur DVD et/ou à disque dur, développement des matériels micro-informatiques nomades, mise en réseau des équipements, etc.) a profondément modifié le paysage.

Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus de fabrication de matériels grand public en France. Les usines, la conception et la fabrication, l’assistance technique -sauf exception- (Grundig, Philips, Thomson, ...) et les centres de formation nationaux de ces grandes entreprises ont disparus.

Les équipements audiovisuels (téléviseur, lecteur/graveur, matériels audio, radio, etc.) distribués sur le territoire ne sont maintenant plus accompagnés du schéma électronique alors que cette obligation était inscrite dans la loi.

Que dit la loi à ce sujet aujourd’hui ? Sans schéma, peu d’interventions sont possibles. Les produits deviennent rapidement des produits « poubelle ». En ces temps de crise, vive le développement durable !! La couche du vernis écologique qui apparaît sur les produits semble soudainement bien fine ...

Depuis quelques années, la formation MAVELEC a disparu du paysage des Lycées. Le baccalauréat SEN (Systèmes Electroniques Numériques) y a pris racine et est venu à la rescousse. Le réseau Eugène Ducretet continue de promouvoir la formation jusqu’au BTS (Brevet de technicien supérieur). D’autres BTS sont accessibles aux jeunes bacheliers SEN au sein des Lycées.

Des jeunes gens, des femmes, des hommes

Au-delà de l’Institution, de la corporation, des services, c’est tout le sens de la petite histoire du MAVELEC qu’il est bon de retenir. Des jeunes gens, filles et garçons se sont engagés sur cette voie.

Elèves, professeurs, techniciens des services après vente, formateurs (des Julien, Serge, Daniel, Chantal, Urs, ...) ont donnés corps au MAVELEC et sont allés jusqu’aux olympiades et, outre les frontières du nord ou du sud, porter la connaissance et un savoir-faire certain.

voir aussi ...
du même auteur ... gerla
Document(s) associé(s) :
4.6 ko